GROUPE DE REFLEXION D’ACTION ET D’ANIMATION DE LOZERE

Association déclarée (Loi de 1901)

Association agréée par arrêté du Préfet de l’Essonne 950944 du 20 mars 1995

Siège : 23, avenue d’Orsay - 91120 PALAISEAU  -  Site Web : www.graal91.org

 

 

 

BULLETIN   N° 42  -  23 MARS 2006

 

 

Editorial

PLU :LE REJET

Seule issue laissée par le Maire

 

Comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernier Bulletin, le Collectif a été reçu par M. Lamy.
Pour la première fois nous avons été écoutés.
Les chiffres, découlant de l'application du règlement, avancés dans l'étude du Collectif n'ont pas été contestés sérieusement.
A ces chiffres M. Lamy oppose ses engagements  sur des surfaces constructibles (SHON) globales maximales  qu'il souhaite ajouter dans le rapport de présentation du PLU.
Il a été obligé d'admettre que cela n'avait aucune valeur réglementaire.


L'avenir de ce PLU et de Palaiseau est entre les mains des habitants.


Le Collectif va :

 
-diffuser, sur toute la ville, le questionnaire que vous avez déjà reçu (bulletin no41) , un peu modifié et   complété par un «  mode d’emploi »(Que Faire Maintenant ?),

 -faire signer une pétition, qui sera adressée au Maire et au Préfet,

-inciter les Palaisiens à donner leur avis sur le registre de l'enquête, ce qui est plus efficace.


L'objectif est de faire annuler ce projet de PLU.


Vous serez  sollicités :vous recevrez à nouveau le questionnaire que nous diffuserons sur l’ensemble de Lozère. Nous sommes dès maintenant à votre disposition.
Votre présence à l'assemblée générale  vous permettra d'obtenir des informations précises et de manifester votre soutien.

 

Vous trouverez , ci-dessous , la réponse du Collectif à la lettre du Maire , datée du 23 février 2006 , qui accompagnait le supplément PLU au dernier magazine de Palaiseau .


          
Le Président.

 

Rappel : l’enquête publique a lieu du 13 mars au 13 avril 2006

 

 

 

 

                PALAISEAU :LES DANGERS DU PLU

 

Palaiseau, le 10 mars 2006

 

Madame, Monsieur,

 

Vous avez reçu, en date du 23 février, une lettre de M. le Député Maire de Palaiseau pour défendre une fois de plus son projet de Plan Local d’Urbanisme (PLU).

 

Dans ce courrier et dans le document joint, il est mentionné que depuis maintenant cinq ans, la municipalité s’engage envers les habitants de Palaiseau à mettre en œuvre une politique permettant de préserver la ville que nous aimons tous.  Il est mentionné que préserver Palaiseau, cela veut dire faire de notre ville un endroit où nous avons envie de rester et où nos enfants auront envie de grandir, que cela veut dire améliorer notre environnement, empêcher des opérations immobilières non maîtrisées, et maintenir l’identité de notre ville.

 

Nous sommes d’accord avec tout cela.

 

Face à ces enjeux, la municipalité propose un projet de PLU, qui se base sur des difficultés auxquelles il convient de faire face. Certaines de ces difficultés sont réelles : Il est fait état, à juste titre, de la hausse des prix du foncier, de l’importance des impôts locaux, de la nécessité d’une réelle mixité sociale, ou des besoins des habitants qui souhaitent ajouter une chambre ou une véranda à leur pavillon existant.

 

Toutefois, une fois ces enjeux et difficultés correctement identifiés, il s’agit d’y apporter une réponse adaptée. Selon la municipalité, le projet de PLU serait la solution. Est-ce réellement le cas ? Nous sommes, malheureusement, convaincus du contraire.

 

Pour vous informer, la municipalité a choisi de vous faire part de certains projets liés au PLU, en insistant sur les mesures susceptibles d’obtenir votre adhésion. La réalité, toutefois, est beaucoup moins idyllique. L’évolution de Palaiseau se basera sur des mécanismes qu’il est facile d’identifier : l’adoption d’une réglementation, et le jeu des intérêts privés. La réglementation délimitera ce qui est autorisé. Les intérêts privés définiront ce qui se fera dans le cadre autorisé.

 

La partie réglementaire du PLU comporte deux aspects principaux :

-     la délimitation d’un certain nombre de zones (UH, UHp, UA, UE, etc.), que vous pouvez consulter sur le plan de zonage,

-     Un règlement en 14 règles d’urbanisme (article UH1, UH2, etc.) pour chacune de ces zones, autorisant ou interdisant les constructions selon qu’elles obéissent ou non à ces règles.

Au delà de cette base, les déclarations d’intentions, justifications idéologiques, et rapports des présentation n’ont aucune valeur juridique. Seuls les articles du règlement font loi. Une fois le PLU adopté, il ne sera pas possible aux services d’urbanisme de refuser une construction qui respecterait ces règles, même si cette construction va à l’encontre de ce que la municipalité aurait souhaité réaliser.

 

La technicité du règlement, malheureusement, interdit aux profanes d’imaginer exactement ce que celui-ci autorise, sans un long travail d’analyse que peu d’entre nous peuvent se permettre. Les professionnels de la spéculation immobilière et du bâtiment, par contre, connaissent parfaitement les techniques et astuces qui leur permettront, sans enfreindre le règlement, de réaliser des plus-values aussi substantielles que possible. Comme souvent, ce sont ces plus-values qui seront le moteur essentiel de l’évolution de votre ville.

 

Peu importe à un spéculateur immobilier ou une entreprise de bâtiment que la réalisation de ces plus-values préserve effectivement Palaiseau. Peu leur importe la vocation résidentielle de la zone UH. Peu leur importe la préservation du bâti ou du caractère des différentes zones, l’embellissement des grands axes et le respect de l’existant. Peu leur importe que vous ne puissiez plus stationner dans les rues, que vos enfants soient menacés par une circulation accrue, que l’imperméabilisation des sols favorise les crues de l’Yvette inondant vos maisons. Peu leur importent le trop-plein des eaux usées et les RER bondés. Seuls comptent le règlement et l’argent à gagner.

 

Le collectif d’associations «  pour une ville et un environnement protégés », au terme de longues heures de travail fastidieux, entièrement bénévole, et rigoureusement apolitique, a mené une analyse indépendante du projet de PLU. Bien loin de préserver votre ville, ce projet livre Palaiseau à la spéculation immobilière, au développement anarchique, et à une urbanisation galopante qui changera définitivement, sans retour en arrière possible, notre cadre de vie.

 

Prenons quelques exemples :

 

Si le PLU n’interdit pas, en zone UH, la construction de bâtiments de 4 niveaux d’habitations profitant d’une faille dans le règlement permettant de contourner les limites imposées par le coefficient d’occupation des sols, que va t-il se passer ?

 

Si une entreprise de bâtiment a la possibilité de raser deux pavillons anciens et construire à la place un cube de béton de 5 étages pour vendre les appartements bien situés en centre ville à un coût élevé, que va t-il se passer ?

 

Si une entreprise privée, de haute technologie ou non, a la possibilité d’acheter (ou racheter) un terrain sur le plateau de Palaiseau, afin d’y construire un hangar destiné à développer son activité, qui l’en empêchera si le règlement ne le fait pas?

 

Si un promoteur, dans un bâtiment nouvellement acquis, a le choix entre aménager des logements sociaux ou des appartements permettant une importante rentrée d’argent, que va-t-il choisir ?

 

Enfin, à qui va bénéficier le changement de règlement ? Aux Palaisiens, ou aux quelques privilégiés qui vont s’enrichir aux dépens de notre qualité de vie ?

 

La réponse, à chacune de ces questions, est simple : le développement se fera selon la loi de la  plus-value maximale, en sacrifiant notre cadre de vie, en sacrifiant notre environnement, en urbanisant sauvagement, en détruisant les espaces naturels. La possibilité de réaliser des bénéfices importants encouragera les promoteurs à acquérir, à des coûts prohibitifs pour les particuliers, les derniers terrains constructibles de Palaiseau, et à y édifier les bâtiments présentant une rentabilité maximale. À moyen terme, c’est la fin des zones pavillonnaires.

 

Que vaudront alors les promesses de notre Député-Maire ? se réfugiera-t-il derrière des protestations de bonne foi abusée en prétendant qu’il n’a pas voulu cela ?

 

Prétendra-t-il pour sauver la face que la mixité sociale oblige à construire tous les 150 mètres des bâtiments de trois étages au milieu des pavillons, plutôt que de prévoir ponctuellement des petits collectifs dans le cadre d’opérations immobilières bien identifiées répondant à des besoins réels ?

 

M. le Député Maire nous accuse, à mots à peine couverts, de toutes les infamies : objectifs politiques, immobilisme coupable, égoïsme… Il prétend que les opposants au PLU portent la responsabilité de nos difficultés actuelles, de la disparition de la mixité sociale, de la dégradation de la situation financière de la ville. La réalité est bien différente : Nous souhaitons tout simplement préserver Palaiseau de ces projets pharaoniques dont tout laisse à penser qu’ils seront gouvernés par les appétits destructeurs de la spéculation immobilière. Nous souhaitons que notre ville se développe harmonieusement, dans le cadre d’un projet mesuré dont l’impact aura été suffisamment étudié pour nous protéger contre ces excès.

 

Si M. le Député Maire souhaite réellement maintenir l’identité et le charme de notre ville, améliorer le service public, et anticiper l’avenir pour mieux le maîtriser, qu’il démontre que les moyens qu’il se donne sont effectivement adaptés à cet objectif.  Qu’il réfléchisse avec les Palaisiens à l’impact réel de ce PLU dévastateur. Il trouvera alors dans notre collectif d’associations un soutien sans faille.

 

Nous comprenons qu’il est difficile au conseil municipal, après s’être engagé dans la voie du PLU, de reconnaître qu’il peut s’être partiellement trompé. Espérons qu’il saura en avoir le courage, aidé par l’assurance que les Palaisiens sauront apprécier à sa juste valeur une attitude responsable de la part de leurs élus.

 

Vous pouvez, dans le cadre de l’enquête publique qui se déroulera du 13 mars au 13 avril, donner votre avis sur ce projet de PLU. Ne vous basez pas uniquement sur les informations « synthétiques » de la municipalité. Elles ne définissent que des objectifs, mais ne garantissent en aucun cas les moyens qui permettront de les atteindre. Lisez le règlement, informez-vous, contactez-nous pour connaître notre analyse. Enfin, donnez votre avis en toute connaissance de cause.

 

Vous assurant de notre volonté de préserver la qualité de vie pour tous à Palaiseau, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de nos sentiments les meilleurs.

 

                       COLLECTIF D’ASSOCIATIONS PALAISIENNES

       « POUR UNE VILLE ET UN ENVIRONNEMENT PROTEGES »